Centre Musical Edgar Varèse de Gennevilliers

Centre Musical Edgar Varèse

Jean Leber a succédé à André Voisin en 1972 à la tête de l'Ecole Municipale de Gennevilliers.
Celle-ci devient rapidement Ecole Nationale et porte le nom de Centre Musical Edgar Varèse : ces changements de statut et de nom sont liés à la volonté du nouveau directeur d'associer pédagogie, diffusion et création.
Sur le plan pédagogique il met en place les premiers "mini-concerts", remplace les examens annuels par les cycles, et crée une classe de composition (Gérard Grisey et Philippe Manoury) et une classe d'électroacoustique (Jean Schwarz).
Une collaboration suivie s'engage avec l'Ecole Nationale d'Art E. Manet et le Théâtre National de Gennevilliers menant à des créations dont Le Pavillon au bord de la rivière de Betsy Jolas / Bernard Sobel.

Les nouveaux locaux du Centre Musical Edgar Varèse restent parmi les plus novateurs de France.

Conservatoire National de Région de Marseille

Conservatoire Pierre Barbizet

En 1985, parallèlement à sa fonction de violon super-soliste à l'Opéra de Marseille, Jean Leber assure la direction de la pédagogie du département des cordes au Conservatoire National de Région de cette ville.
A côté de ses responsabilités de professeur de violon, il réfléchit à l'avenir professionnel des étudiants de cet établissement. Et, en tant que directeur artistique de l'Ensemble Orchestral de Marseille, favorise leur entrée dans cet ensemble aux côtés de musiciens aguerris, ce qui constitue pour ces jeunes une véritable formation dans le cadre d'un 'compagnonnage musical'.

Depuis 1990, ce conservatoire porte le nom de Conservatoire Pierre Barbizet, pianiste de renommée internationale et directeur de cet établissement de 1963 à 1990.

Carillon National (Ah ! Ça ira)

Le Bal des Citoyens
Danses et contredanses de la Révolution, arrangements Georges Boeuf
1 CD Fonti Musicali (581105) enregistré au Conservatoire de Marseille
www.fontimusicali.com

Ecole Nationale de Musique et de Danse de Chartres

Sous l'impulsion de Jean Leber, le projet pédagogique de l'Ecole Nationale de Musique et de Danse de Chartres évolue très largement entre 1990 et 2000. Sont rapidement mises en place les "classes maîtrisiennes" parallèllement aux "classes à horaires aménagés" ; une tournée au Japon couronne le travail assidu de cette Maîtrise nouvellement créée.
Un autre moment fort de l'orientation pédagogique est le jumelage musical avec le CNR de Poitiers alors dirigé par Eric Sprogis, aboutissant à la création en France d'œuvres basées sur des textes littéraires telles que Arc-en-ciel de Remparts de Henri Pousseur / Michel Butor et Itaipu de Philip Glass créé au Futuroscope de Poitiers et en la Cathédrale de Chartres. Une collaboration étroite avec le Théâtre Scène Nationale permet l'organisation de spectacles musicaux tels que L'empereur d'Atlantis de Viktor Ulmann ou Le Golem de Gualtiero Dazzi / Jacques Kraemer. A l'occasion des expositions du Musée de Chartres ont lieu la création de Albertine disparue de Jean-Claude Risset / François Bourgeat et Harmonies Rebelles, soirée franco libanaise, Andrée Chédid lisant ses poèmes accompagnée par des musiciens traditionnels arabes.

Philippe Raynaud, Libre
© 2011 Jean Leber