Présentation

Jean Leber © Kathy Nellens

Premier prix de violon à 16 ans et Prix de musique de chambre au C.N.S.M.D. de Paris, Prix international Henryk Wieniawsky l'année suivante, Jean Leber est salué par la presse nationale et internationale comme un "remarquable musicien de chambre et interprète de la musique d'aujourd'hui".
S'il a débuté sa carrière comme violoniste à l'Orchestre de la Suisse Romande et l'a ensuite poursuivie à l'Opéra de Paris, comme violon solo à l'Opéra de Marseille et en tant que chef de l'Ensemble Orchestral de Marseille, Jean Leber a également attaché son nom à des créations prestigieuses : celle de "l'Octuor de Paris" avec lequel il a fait route pendant quinze ans et celle du "Quatuor à cordes de Paris". Avec ces formations, il effectue de nombreuses tournées dans les principales capitales européennes mais aussi au Japon, en URSS, en Australie, en Asie du Sud-Est et en Amérique Latine. En 2004, il donne de nombreux concerts Mozart avec l'intégrale des sonates pour violon et piano.
Jean Leber, qui croit aux vertus de la musique de son temps, n'hésite pas à passer des commandes aux compositeurs : Iannis Xenakis avec lequel il a une collaboration étroite mais aussi Georges Aperghis, Gualtiero Dazzi, Philip Glass, Christophe Havel, Philippe Hurel, François-Bernard Mâche, Philippe Manoury, Marc Monnet, Jean-Claude Risset, Carlos Roque-Alsina, Roger Tessier. En 2010 Jean Leber s'intéresse tout particulièrement au répertoire pour violon et électronique ; dans ce cadre, la compositrice et membre de l'Institut, Edith Canat de Chizy lui dédicace son œuvre Le Vol Blanc, créée à Paris.
Musicien de son temps, Jean Leber participe régulièrement à des projets de théâtre musical, cinématographique et multimédia. Parmi ceux-ci, citons Le Pavillon au bord de la rivière, musique Betsy Jolas, mise en scène Bernard Sobel ; Le Golem, musique Gualtiero Dazzi, mise en scène Jacques Kraemer ; Le Corps de mon Père, texte de Michel Onfray, musiques de Igor Stravinsky et Hector Berlioz, mise en scène Antoine Bourseiller. Violance pour violon, dispositif électronique et vidéo sur des textes de Maeterlinck et un tableau de Bruegel, compositeur et réalisateur Jean-Baptiste Barrière, le film de Bertrand Tavernier, Laissez passer et dernièrement, Olga Ma Vache de Roland Dubillard sur des musiques de Erik Satie, adaptées pour le violon par Jean Leber.
En tant que pédagogue, Jean Leber a été directeur des Ecoles Nationales de Musique de Gennevilliers et de Chartres, formateur en musique de chambre au CEFEDEM de Poitiers et responsable de la pédagogie des cordes au C.N.R. de Marseille, assurant la direction de ce département.
Son adaptation pour le violon des musiques d'Erik Satie est une première ; une version destinée aux élèves des conservatoires vient d'être éditée aux Editions Henry Lemoine, à Paris.
Jean Leber a enregistré un nombre important de disques, dont Anaktoria de Iannis Xenakis, l'Octuor de Franz Schubert qui a reçu le Prix du Disque, les Quatuors à cordes de Edouard Lalo et de Sylvio Lazzari ainsi que des Quatuors pour piano et cordes de Wolfgang Amadeus Mozart et de Ludwig van Beethoven ; et en tant que chef d'orchestre les Concertos pour flûte et flûte et harpe de Wolfgang Amadeus Mozart.
Un livre d'entretiens avec le musicologue François Porcile : Jean Leber, d'un coup d'archet... une vie en musique, est paru en 2014 aux Editions MF (collection Paroles).
Il a fondé le Quatuor Storioni en 2016.

Contact :

nellens-leber@wanadoo.fr

A écouter :

Ludwig van Beethoven, Quatuor Op.16

Transcription du Quintette pour piano et vents, Op.16
Trio Sérénade, Corinne Kloska (piano)
1 CD Alphée


CD Alphée 0109014


Gualtiero Dazzi, Diptyque

Diptyque (Danse - Prière) est dédicacé à Jean Leber qui l'a créé en juin 2002


© 2011 Jean Leber